Guerre de positionnement : Qui est le vrai coordonnateur de la convention de la Convention de la Société Civile Ivoirienne (CSCI) ?

alalaaaa

La crise née du dernier Congrès de la Convention de la Société Civile Ivoirienne (CSCI) n’est pas prêt de s’arrêter. Une guerre  de leadership et de positionnement oppose deux personnes qui revendique chacune la tête de cette prestigieuse institution.

Tenu du 03 au 05 juillet 2012 à la CAISTAB, Abidjan-Plateau, le dernier Congrès Ordinaire de la CSCI (Convention de la Société Civile Ivoirienne), au lieu de redynamiser la structure, a favorisé une crise Poste électorale entre  Dr. KOUAME Christophe et  M. BAKAYOKO Sidiki. Cette situation a été occasionnée par  la mauvaise organisation des élections qui devaient voire l’élection du successeur de  Dr. N’GOUAN Patrick (ex coordonnateur de la CSCI). Chaque partie accuse le camp adverse d’être à la base de la crise.

Après s’être assigné en justice, Dr. KOUAME Christophe (le Coordonnateur contesté de CSCI) a pris le dessus pendant un moment, mais M. BAKAYOKO Sidiki  a repris la main en faisant saisir le siège de la CSCI situé juste à côté de l’école nationale de police. Bien qu’occupant le siège, le groupe dirigé par M. BAKAYOKO Sidiki ne semble pas détenir l’effectivité du pouvoir car Dr. KOUAME Christophe a fait ces temps-ci beaucoup de voyage à l’étranger au nom de la CSCI. Apparemment aucun des deux groupes ne semble faire des concessions.

Nous en  appelons   donc à la vigilance des ivoiriens, car de telles personnes ne sont pas dignes de parler en notre nom. Eux qui constituent le conte poids des dirigeants doivent avoir des valeurs, des qualités  et non  les mêmes défauts que ceux qu’ils critiquent.

@_magnaled

 

The following two tabs change content below.
magnaled
Blogueur, rédacteur web et Observateur France 24 depuis 2008. Cyber-militant et acteur engagé de la société civile ivoirienne. Diplômé en Lettres Modernes et Marketing Communication. Leader d'une des plus importantes organisations de jeunesse de la Côte d'Ivoire et d'Afrique de l'Ouest.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *