ALLEZ DIRE A CEUX QUI FONT CROIRE QU’ILS PEUVENT LIBERER GBAGBO, PAR UN COUP DE BAGUETTE POLITIQUE, D’ARRETER LEUR HYPOCRISIE

lll

C’est la plus belle hypocrisie politique de ces trois dernières années en Côte d’Ivoire : réussir à faire croire à des Ivoiriens bien-pensants, qu’il suffit de mener un combat politique particulier, pour que Laurent Gbagbo sorte de la Cour pénale internationale (CPI) !


Quels sont les moyens d’action, dans un combat politique ? Réponse : d’une part, on a les moyens classiques et d’autre part les moyens non conventionnels, lesquels ne sont pas à encourager. Les premiers moyens d’action sont les mobilisations populaires (marches, sit-in, meetings, etc.), les lobbyings (rencontres bi et multipartites, diplomatie, audiences, etc.), les actions d’ordre scientifique (conférences, déclarations, communiqués, etc.), et les actions d’ordre radical (boycott, désobéissance civile, grève, etc.).
Les seconds moyens relèvent du combat subversif (destitution, coup d’Etat, rébellion, etc.). Alors, par quelle alchimie judiciaire ou juridique, ces moyens politiques peuvent réussir à faire libérer Laurent Gbagbo de la CPI ? Je vais tenter de répondre à la question en usant de la démonstration par l’absurde.

D’un : s’il suffisait de faire des marches, des sit-in et des meetings, pour qu’un prévenu soit libéré de la CPI, Laurent Gbagbo serait libéré depuis 2012. En effet, qu’est-ce que les pro-Gbagbo de France conduits par Toussaint Alain, Abel Naki et autres Séry Zokou, n’ont pas fait comme marches depuis le transfèrement de l’ex-chef d’Etat, fin novembre 2011 ? Cela n’a eu aucune influence sur la poursuite de la procédure judiciaire.
De deux : s’il suffisait de faire du lobbying pour qu’un prévenu soit libéré de la CPI, Laurent Gbagbo serait depuis longtemps libéré. En effet, qu’est-ce que les amis français de celui-ci proches des réseaux de pouvoir en France, n’ont pas fait ? De François Mattei (le journaliste déchu de France Soir, qui vient enfin de connaître la gloire au soir de sa carrière avec un livre truffé de mensonges historiques du genre « La France est membre du Conseil d’administration du CFA ») à Albert Bourgi, en passant par les Guy Labertit, Bernard Houdin, quel lobbying n’a pas été fait ?
De trois : s’il suffisait de faire des conférences, des déclarations structurées ou menaçantes, il n’y aurait tout simplement plus aucun détenu à la CPI, tant les sympathisants des Africains qui y sont, excellent dans les déclarations tapageuses.
De quatre : s’il suffisait de « mélanger » un pays (l’expression n’est pas de moi) pour qu’un détenu soit libéré de la CPI, Jean-Pierre Bemba, poursuivi pour des crimes qui auraient été commis par ses milices en Centrafrique, serait depuis longtemps libéré. Le Congolais est vraiment l’exemple parfait en la matière. L’est de la RD Congo est occupé par une rébellion (qui ne se réclame certes pas de lui) et la Centrafrique n’est plus qu’un quasi-Etat; a-t-on libéré Bemba pour autant ? Enfin, s’il suffisait de prendre le pouvoir (démocratiquement ou non) pour que la CPI mette fin à ses poursuites contre des personnalités, il n’y aurait plus aucune affaire kényane à l’heure où j’écris ces lignes. En effet, Uhuru Kenyatta élu président en 2013, est poursuivi par la Cour, ainsi que certains de ses proches.

Au moins quatre chefs d’accusation

Allez donc dire à ceux qui font croire qu’ils peuvent libérer (sic) Gbagbo, par un coup de baguette…politique, d’arrêter leur petite hypocrisie. Parmi les juges qui décident ou devront décider du sort de Gbagbo, combien lisent Notre Voie ou Le Temps ? Combien savent qui s’appelle Koné Katinan, Sangaré Aboudrahamane ou Marthe Ago ? Combien sont intéressés par l’actualité ivoirienne, suivent la RTI ou sont inscrits sur les forums de discussion ivoiriens sur Facebook ?

Le dossier Gbagbo à la CPI tient en une chose simple : il est poursuivi pour au moins quatre chefs d’accusation de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité. La procureure (qui suit, elle, les journaux ivoiriens afin de saisir des déclarations subversives des pro-Gbagbo, pour mieux enfoncer celui-ci) tente de démontrer la culpabilité du suspect et les avocats de la défense doivent démonter ses allégations. Si la procureure réussit à convaincre les juges (pour l’heure, elle le réussit passablement) tout au long de la procédure, aucune déclaration, aucun meeting, aucun coup d’Etat, ne réussira à sortir Gbagbo de prison. Dans le cas contraire, c’est-à-dire au cas où les avocats réussiraient à détruire les allégations de la procureure, aucun juge ne pourrait le maintenir en prison et cela, ce ne serait pas du fait de meetings ou d’attaques à l’ouest de la Côte d’Ivoire, mais grâce à la maestria des avocats.
Il est vraiment temps que cette petite hypocrisie cesse. Maintenant si elle ne cesse pas, ce sera tant pis pour ceux qui croiront que l’activisme politique de certains responsables du Front populaire ivoirien (FPI) en Côte d’Ivoire, en France ou au Ghana, réussira à libérer Gbagbo. Il n’y a pas pire aveugle que celui qui refuse de voir, c’est connu !


André Silver Konan
Journaliste-écrivain
(Source : Fraternité Matin)

Un ivoirien parcourt à pied 657 km au nom de la paix

1

Un ivoirien parcourt à pied 657 km au nom de la paix dans le monde – Le marcheur international, Kouassi Konan Grattié Richard, a parcouru, du 25 juillet au 13 août, une distance de 657 km pour rallier la Côte d’Ivoire au Ghana, en vue de magnifier la paix, gage de tout développement, selon lui.

« J’ai fait cette étape de 657 km en 14 jours.J’endure cette souffrance, parce que c’est ma contribution à l’acquisition de la paix en Afrique et dans le monde. Je suis malheureux de voir, chaque jour, des hommes et des femmes mourir ou fuir leur pays à cause de la guerre. Chacun à son niveau doit aider à la consolidation de cette denrée précieuse sans laquelle il n’y a pas de développement », a déclaré l’ivoirien Kouassi Konan GrattiéRichard de retour du Ghana, vendredi. 

Source: #RTI‬

Côte d’Ivoire : l’historique des patronymes et noms sénoufos

panther1

Les Sénoufos étaient divisés en plusieurs groupes. Selon donc l’activité de chaque groupe, Il fallait trouver un nom.
Dans la région de Katiola, Niakaramadougou, et d’autres contrées Tagbanas on a les patronymes suivants et leur sens ancestral :
* Horo : Les courageux, les intrépides, ils sont devenus des Coulibaly
* Hile : Ceux qu’on a détachés du grand groupe, ils sont devenus des Kone.
* Ikongo: Ceux rompus aux techniques agraires, ils sont devenus des Camara.
* Yieh : Ceux qui se sont divisés en deux factions, ils sont devenus des Ouattara.
* Tuho : les chasseurs de souris, Toure


Cette colonisation ou migration patronymique, à fait disparaître dans la grande majorité des régions, les patronymes authentiques sénoufos (Horo, Hilé, Ikongo, Yieh, Hala) pour faire place aux patronymes malinké (Coulibaly, Ouattara, Touré, Koné, etc.)
Dans la région de Dabakala et de Bonnièredougou et d’autres contrées Djiminis, nous retrouvons les mêmes patronymes, sauf qu’ici, les équivalents en malinké ne correspondent pas forcément aux autres sous groupes.
– Sekongo = Camara
– Silue = Coulibaly
– Soro = Fofana, Koné
– Tuho = Touré, Dao
– Yeo = Ouattara
Dans le Gbatoh (département de Boundiali) ont à les patronymes suivants et leurs équivalents :
– Sofonziolo = Coulibaly
– Ganon = Diabaté, Bamba, Koné,
– Sefon =
– Keho ou Kowo = Koné
– Fooh = Fofana, Touré, Bakayoko
– Tienwe = Koné
– Pan = Kanaté
– Setionnon = Konaté
– Ziao = Cissé, Fanny, Bamba, Keita
– Gounougo = Traoré, etc.

07703-BIG
Pour le reste du grand groupe senoufo, nous avons généralement les patronymes suivants et leur sens ancestral :
– SORO vient de « Nanzorobélé » (les courageux, les téméraires, les intrépides).Dans la région du Tagbana, c’est HORO. Ils sont devenus des Coulibaly.Ils ont pour animal fétiche la panthère;
– YEO vient de « Bélé pé pè yiêh » (ceux qui se sont divisés). Dans la région Tagbana, ondit YIEH, ils sont devenus des Ouattara. Ils ont pour animal fétiche l’antilope rouge à raies et tâches blanches
– SILUE vient de « Pe man pè soul n’laha » (ceux qui se sont débarrassés d’une partie de leur communauté). Dans le Tagbana, Hile, ils sont devenus des Koné. Ils ont pour animal fétiche le singe noir.
– SEKONGO vient de « beli pe sehye congue » (ceux qui préparent les portions de terre destinées à la culture) Ikongo dans le Tagbana, ils sont devenus des Camara, Traoré, Sanogo. Ils ont pour animal fétiche l’écureuil de Terre;
-TUO vient de « beli pe toubélé tchaa » (ceux qui s’adonnent à la chasse aux souris ou rats) Ils sont devenus des Diarassouba, Dagnogo. Ils ont pour animal fétiche le phacochère;
Ce n’est pas une traduction mais ces noms représentent les mêmes interdits alimentaires, les mêmes tabous.
Après le chapitre des patronymes, nous allons très brièvement parler des noms en pays senoufo. Généralement, ils sont en très significatifs et ont un rapport avec plusieurs aspects tels que:
– Les noms d’animaux ( la poule, le singe, la vipère, le serpent boa ) exemple : Fotia, Golofongongnon
-Les jours de la semaine exemple Kartia = Femme née le dimanche son masculin est Karnan. Tenindja ou Tenindjô selon les régions = Femme née le lundi. Son masculin est Tênan
– Le lieu de la naissance (le champ, le marché, etc.) exemple Kologotia = femme des routes, généralement les femmes nées sur la route voir dictionnaire.
– Les circonstances de la naissance Exemple Petanki = Ils ont raison
-L’ordre de naissance des enfants ; Zie = premier fils, Gnoh = deuxième fille
– Les jumeaux : N’ganan, N’gantcha
– Le moment de la naissance (pendant une fête, la pluie, etc.) Zatia = femme née un jour de pluie, au masculin on dira Zahanon
– Rendre hommage à quelqu’un exemple Dokatienin = le bienfait de mon père
– Les fétiches … Exemple = Yassoungo, Lôssoungo

L’actualité au Front Populaire Ivoirien (FPI)

LLLLLL

Communiqué du Comité Central extraordinaire du 14 août 2014 

1-Sur convocation du président du Parti, à la demande du Comite de Contrôle, le Comité Central du Front Populaire Ivoirien (FPI) s’est réuni en session extraordinaire élargie aux Secrétaires Généraux de Fédération et aux bureaux nationaux des Structures Spécialisées et d’activité, le jeudi 14 août 2014, de 10h00 à 18h00, à son siège provisoire, sis à Cocody les II Plateaux, 7èmeTranche, sous la présidence effective du Président du Parti, le camarade Pascal AFFI NGUESSAN.

2. L’ordre du jour unique de cette session a porté sur le compte rendu du Comité de Contrôle sur le règlement de la crise au sein du Parti. 3. Abordant cet ordre du jour, le Comité Central a entendu les propos liminaires du Président Pascal AFFI NGUESSAN qui a mis l’accent sur la nécessité de maintenir la cohésion dans le Parti quelque soit les différentes appréciations de point de vue.

4. Le Comité Central a ensuite entendu une importante intervention du 1er Vice-président, le camarade Sangaré Abou Drahamane, en sa qualité de membre fondateur du Parti, pour présenter à l’ensemble des militants ses excuses pour n’avoir pas pu empêcher la survenance de la crise actuelle. Cette crise a malheureusement donné une image peu honorable du FPI dans la conscience collective. Il a particulièrement présenté ses vifs honneurs au président Laurent Gbagbo, à Simone Gbagbo, à feu Boga Doudou, à Pascal Kokora, tous membres fondateurs du FPI. Il a enfin demandé de rendre à Gbagbo et aux démocrates ivoiriens l’outil de lute qu’est le FPI et appelé au rassemblement.

5. Le Comité Central a aussitôt entendu la communication du Comité de Contrôle relative au compte rendu sur le règlement de la crise au sein du Parti. Il ressort de cette importante communication les points suivants : – Le 4 juillet 2014, le président du FPI, Pascal AFFI N’Guessan, a pris une décision,réaménageant profondément le Secrétariat Général du FPI. Cette décision du président du Parti a aussitôt été contestée par certains membres du Secrétariat Général à travers la saisine du Comité de Contrôle, par le biais d’une pétition adressée à cet organe interne de contrôle, chargé de vérifier la conformité des actes avec les textes du Parti. La déclarant recevable, le Comité de Contrôle a donc instruitl e dossier et vidé son délibéré au cours de cette session. – Les requérants ont énoncé des irrégularités, facteurs de frustrations et de tensions graves, menaçant réellement la cohésion du Parti qui portent entre autres sur : o La suppression de postes ; Le « saucissonnement » des postes en affectant la cohérence ; o La rétrogradation de membres du Secrétariat Général à des fonctions inférieures ; o L’exclusion de certains camarades du Secrétariat Général ; o La nomination de nouvelles personnes ; o Les changements de fonction, notamment pour le Secretaire Général du Parti. – Le Comité de Contrôle, statuant sur la question, a vidé son délibéré dont les pièces sont jointes en annexe du présent communiqué et qui en font partie intégrante -Le Comité de Contrôle ayant par ailleurs participé à la Table Ronde initiée à cet effet fait siens les résultats et recommandations faits par le Groupe de Médiation.

6. Le Comité Central, après avoir entendu l’ensemble de la communication du Comité de Contrôle, se félicite de ce que le Parti, en tout état de cause, s’est donné les ressorts essentiels à travers ses structures pour connaître de tous les sujets et d’y apporter les réponses idoines.

7. Le Comité Central apprécie à sa juste mesure, le travail accompli par Groupe de Médiation dans cette période de perturbation du Front Populaire Ivoirien, salue avec déférence toutes les personnalités qui ont contribué au dénouement de la crise et leur exprime sa totale reconnaissance.

8. Le Comité Central, prenant la pleine mesure de la volatilité de la cohésion au sein du Parti, endosse entièrement les conclusions de ce rapport. Notamment : – Le rétablissement de la Vice-présidente Simone Ehivet Gbagbo dans ses charges initiales; – L’acceptation du camarade Laurent Akoun de ses nouvelles attributions de Vice- président ; – La réhabilitation de tous les cadres du Secrétariat Général rétrogradés ; – La réintégration de tous les cadres du Secrétariat Général précédemment exclus ; – Le maintien des 42 cadres nouvellement promus dans le nouveau Secrétariat général du 4 juillet 2014.

9. Le Comité Central, soucieux de préserver l’esprit démocratique et l’unité du Parti par la solidarité, la discipline, la critique, l’autocritique et la tolérance, décide : – De réaffirmer à chaque occasion, la volonté et l’engagement du Parti auprès de l’opinion nationale et internationale, pour la priorité que constitue pour le FPI, la libération du Président Laurent Gbagbo, comme résolu en ses différentes sessions antérieures, – De définir et mettre en œuvre, par un large débat démocratique dans les organes du Parti, une stratégie de lutte appropriée pour la libération du Président Laurent Gbagbo ;- De mettre en place une politique lisible de solidarité du Parti en faveur des camarades en détention, des exilés et des réfugiés. – De s’abstenir de toute attitude et comportement en parole et/ou en acte, susceptibles de porter atteinte à l’unité du Parti ou de la fragiliser ; -D’observer la confidentialité des délibérations au sein des organes du Parti ; – D’éviter d’instrumentaliser la presse et les réseaux sociaux, en cas de divergence au sein du Parti ; – De renforcer la pratique de la confiance dans les actes et les paroles de chaque militant; – D’éviter la formation de groupes et mouvements politiques à l’intérieur du Parti, en dehors des dispositions statutaires en la matière, notamment l’article 5 des Statuts ; – De mettre en place des critères objectifs et concertés pour la promotion des militantes et militants au sein des organes du Parti, afin de garantir la justice, la transparence et la cohésion ; – De procéder à des consultations appropriées au sein de la Direction du Parti, avant tout réaménagement et nomination dans les différents organes, surtout lorsque ces mouvements sont de grande ampleur ou concernent des postes sensibles; – De suspendre toute nomination susceptible de diviser, d’ici la tenue du Congrès, pour l’apaisement et la consolidation de la cohésion; – De renforcer l’observance du principe socialiste de la résolution des contradictions internes par des débats démocratiques, ouverts et responsables ; – De mettre à débat, prestement, avant l’échéance du Congrès, au sein des instances compétentes, les grandes questions qui engagent le Parti, notamment les élections, la CEI, les négociations avec le Gouvernement et la politique en matière de relations extérieures. – De concilier l’exigence de l’efficacité et la cohésion du Parti, notamment par l’action concertée ; – De promouvoir le bon fonctionnement démocratique à l’intérieur des différents organes, notamment par le respect de la règle de la majorité, aux dépens de stratégies pouvant prêter à confusion.

10. Le Comité Central, note que la non-tenue du Congrès depuis 13 ans après celui de 2001, n’est sans doute pas étrangère aux tensions actuelles et à la crise interne au Front Populaire Ivoirien et que ce fait n’a certainement pas permis d’absorber et de réguler toutes les tendances et les mouvements internes, qui au demeurant, sont une réelle expression de sa vitalité et de son dynamisme.

11. Le Comité Central décide en conséquence de l’organisation d’un Congrès ordinaire avant la fin de l’année 2014. Il instruit instamment le Secrétariat Général d’en fixer la date de sa tenue au cours du mois d’août 2014 et de proposer au Comité Central un Bureau de séance du Congrès à l’issue d’une large concertation, associant toutes les sensibilités au sein des organes du Parti.

12. Le Comité Central, conscient que la préparation d’un Congrès en cette période de grandes difficultés de tous genres du Parti et pour que ces assises connaissent un succès certain, décide de faire élire exceptionnellement le Président du Parti par le Congrès in situ et non par les Assemblées fédérales comme prévu par les textes fondamentaux.

13. Le Comité Central ayant pris acte du fait qu’une forte majorité des intervenants ait demandé le retrait du FPI de la CEI, décide d’inscrire ce point à l’ordre du jour de la prochaine session ordinaire du Comité Central qui aura lieu le 30 août 2014, pour décision.

14. Le Comité Central, considérant l’urgente nécessité pour le FPI de mettre en place un outil efficace et solide de gestion de la crise actuelle afin de relever en toute sérénité les différents défis qui se présentent à lui, après en avoir délibéré, a adopté les termes de la communication du président du Parti et validé les propositions relatives à la mise en place d’un nouveau Secrétariat Général. Ainsi, sont désignés membres du Secrétariat Général au terme de la décision n° 005-2014/PP/FPI du 14 août 2014, les camarades dont les noms figurent sur la liste en annexe du présent communiqué et qui en fait partie intégrante.

15. Le Comité Central invite les organes dirigeants du Parti, les structures de base, les représentations à l’extérieur, les structures spécialisées et d’activités et l’ensemble des militantes et militants du FPI, à cultiver la confiance, la persévérance, la perspicacité et à se tenir toujours mobilisés, à l’écoute des mots d’ordre imminents, pour gagner la bataille de la libération du Président Laurent Gbagbo, celle des libertés démocratiques et de la reconquête du pouvoir d’Etat.

Fait à Abidjan, le 14 août 2014 Le Comité Central

Côte d’Ivoire : d’opposants politiques à opposants viraux ?

EBOLA 2


Il y a une rumeur insalubre lancée sur le web, affirmant sur la seule base des confidences d’un médecin imaginaire qu’il y a 100 cas d’Ebola en Côte d’Ivoire, et que cela est caché par les autorités pour des raisons économiques en particulier touristiques. un de leurs arguments fallacieux est qu’Ebola ne peut pas sauter un pays pour contaminer plus loin.
ma réaction si vous me permettez:

1/ le médecin confident imaginaire est absolument mal imaginé, car le dernier des médecins sait que cela est I M P O S S I B L E de cacher une épidémie causée par un agent viral de niveau de biosécurité P4 (propagation très difficile à contrôler et traitement indisponible)

2/ Ebola n’est pas un fleuve il peut « sauter » via le transport et la période d’incubation (temps entre la contamination et la maladie) allant de 2 a 21 jours.

3/que Dieu nous préserve du virus et des attitudes virales de ces gens

Pr Yahaya Karamoko

CÔTE D’IVOIRE : LE MINISTERE DE L’EDUCATION NATIONALE ET DE L’ENSEIGNEMENT TECHNIQUE INNOVE

edu

Enfin une procédure plus simplifiée pour vous et pour nous. Le SMS ne coûte que 100 Fr. Moins cher qu’une heure de navigation dans un cyber. * Pour vérifier l’affectation en 6ème d’un élève, envoyez : DOB1 espace LE NUMERO DE TABLE (10 chiffres) au 98077 * Pour vérifier l’orientation en 2nde d’un élève, envoyez : DOB2 espace LE MATRICULE au 98077 NB : POUR LE MOMENT LA PROCÉDURE PAR SMS EST EN COURS D’ACTUALISATION POUR LES CAS DE SECONDE. * Pour vérifier le transfert d’un élève, envoyez : Trans espace LE MATRICULE au 98077 * Pour vérifier qu’un établissement est autorisé, envoyez : Etab espace LE CODE DE L’ETABLISSEMENT au 98077 * Pour vérifier que son enfant est inscrit en ligne, envoyez : Menet espace LE MATRICULE au 98077 * Pour vérifier que l’élève existe dans le fichier national (base de données), envoyez : Actu espace LE MATRICULE au 98077. Merci de nous faire confiance et d’être courtois! Pour vous, nous cherchons toujours l’information juste pour vous servir.

REAMENAGEMENT TECHNIQUE DU SECRETARIAT GENERAL DU FRONT POPULAIRE IVOIRIEN (FPI)

fpi

DÉCISION n° 007-2014/PP/FPI du 14 AOUT 2014, Portant réaménagement technique du Secrétariat Général du Front Populaire Ivoirien.
Le Président,
Vu les Statuts,
Vu les nécessités d’organisation et de redynamisation du parti,

Décide :

Article 1er : Sont membres du Secrétariat Général du Front Populaire Ivoirien les personnalités dont les noms suivent :

PRESIDENCE

1. AFFI N’GUESSAN PASCAL PRESIDENT
2. SANGARE ABOU DRAHAMANE 1er VICE-PRESIDENT CHARGE DE LA STRATEGIE ET DE LA POLITIQUE GENERALE DU PARTI
3. SIMONE EHIVET GBAGBO 2ème VICE-PRESIDENTE CHARGEE DE LA VIE DU PARTI
4. MIAKA OURETTO SYLVAIN 3ème VICE-PRESIDENT CHARGE DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE ET FINANCIERE
5. AKOUN LAURENT 4ème VICE-PRESIDENT CHARGE DE LA VIE DU PARTI
6. ABOUO N’DORI RAYMOND 5ème VICE-PRESIDENT CHARGE DE L’IMPLANTATION, DE L’ENCADREMENT DES FEDERATIONS ET DE LA STRATEGIE ELECTORALE
7. KODJO RICHARD 6ème VICE-PRESIDENT CHARGE DES RELATIONS EXTERIEURES
8. LIDA KOUASSI MOÏSE 7ème VICE-PRESIDENT CHARGE DES RECHERCHES ET DE LA VEILLE STRATEGIQUE
9. DANO DJEDJE SEBASTIEN 8ème VICE-PRESIDENT CHARGE DU DIALOGUE POLITIQUE, DE LA RECONCILIATION ET DE LA COEHESION SOCIALE
10. N’ GUESSAN AMANI MICHEL 9ème VICE-PRESIDENT CHARGE DE LA DEFENSE ET DE LA SECURITE
11. LOROUGNON MARIE ODETTE GNABRY 10ème VICE-PRESIDENTE CHARGEE DES FEMMES , DES ORGANISATIONS FEMININES ET DE LA MOBILISATION
12. DOUATI ALPHONSE 11ème VICE-PRESIDENT CHARGE DU SUIVI DES GRANDS PROJETS
13. AMON AGO MARTHE 12èmeVICE-PRESIDENTECHARGEE DE LA COORDINATION DES ACTIONS POUR LA LIBERATION DE LAURENT GBAGBO
14. DEDY SERI 13èmeVICE-PRESIDENT CHARGE DU SUIVI DE LA POLITIQUE SOCIALE ET CULTURELLE
15. BAMBA MASSANY 14ème VICE-PRESIDENTE CHARGEE DE LA POLITIQUE DE LA FAMILLE, DE LA FEMME ET DE L’ENFANT
16. KOUASSI K. ANDRE 15ème VICE-PRESIDENT CHARGE DE LA DOCTRINE ET DE LA FORMATION POLITIQUE
17. CHRISTINE KONAN 16èmeVICE-PRESIDENTE CHARGEE DE LA POLITIQUE INSTITUTIONNELLE
18. GOSSIO MARCEL 17èmeVICE-PRESIDENT CHARGE DES AFFAIRES GENERALES ET DE LA GOUVERNANCE INTERNE
19. CHRISTINE ADJOBI 18èmeVICE-PRESIDENTE CHARGEE DE LA POLITIQUE DE SANTE PUBLIQUE ET DE LA LUTTE CONTRE LE SIDA
SECRETAIRE GENERAL
N° NOM & PRENOMS FONCTIONS
20. AGNES MONNET SECRETAIRE GENERAL, PORTE PAROLE DU PARTI
SECRETAIRES GENERAUX ADJOINTS
21. VOHO SAHI 1er SGA CHARGE DE L’ACTUALISATION DU PROJET DE SOCIETE ETDU SUIVI DES PROGRAMMES DE COMMUNICATION ET DE LA CULTURE
22. ETTIEN AMOIKON HENRI 2ème SGA CHARGE DU SUIVI DES PROGRAMMES DE SORTIE DE CRISE
23. GNAOULE OUPOH BRUNO 3ème SGA CHARGE DES RELATIONS AVEC LES SYNDICATS ET LES ORGANISATIONS DE MASSE
24. KREKRE FIRMIN 4èmeS.G.A CHARGE DES RECHERCHES, DE LA DOCUMENTATION POLITIQUE ET DE LA VEILLE STRATEGIQUE :
25. DEDI ADELE 5ème S.G.A CHARGEE DES RELATIONS AVEC LES PARTIS POLITIQUES
26. KOULIBALY SEYDOU 6ème SGA CHARGE DE L’ORGANISATION DES MANIFESTATIONS DU PARTI

SECRETARIATS NATIONAUX TECHNIQUES
N° NOM & PRENOMS FONCTIONS
27. KONE BOUBAKAR SN CHARGE DES AFFAIRES AFRICAINES
28. KATA KEKE SN CHARGHE E DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE
29. SERI GOUAGNON SN CHARGE DES RELATIONS AVEC LES INSTITUTIONS DE LA REPUBLIQUE
30. DJEDJI AMONDJI PIERRE SN CHARGE DE LA POLITIQUE DE LA VILLE ET DU CADRE DE VIE
31. BOUABRE YVONNE SN CHARGEE DE LA POLITIQUE DES INFRASTRUCTURES ECONOMIQUES
32. GNEPA BARTHELEMY SN CHARGE DE L’ADMINISTRATION DU TERRITOIRE ET DE LA DECENTRALISATION
33. BRIGITTE KUYO SN CHARGEE DE LA DIASPORA ET DES REPRESENTATIONS DU FPI A L’EXTERIEUR
34. TIHI KPAO VICTOR SN CHARGE DE LA POLITIQUE DE L’URBANISME, DE L’ASSAINISSEMENT ET DE L’HYDRAULIQUE
35. DIEGBA KOTRO BLAISE SN CHARGE DE L’ECONOMIE ET DES FINANCES
36. KOFFI AKA S.N CHARGE DE LA PROMOTION DES CADRES DU PARTI ET DES AFFAIRES GENERALES
37. N’GUESSAN SIMONE SN CHARGE DES FINANCES ET DU PATRIMOINE DU PARTI
38. ALCIDE DJEDJE S.N CHARGE DES RELATIONS DIPLOMATIQUES ET DE LA COOPERATION INTERNATIONALE
39. BIO BERNARDINE
40. KOFFI JEAN SN CHARGE DE L’INDUSTRIE ET PROMOTION DU SECTEUR PRIVE
41. SOKOURI BOHOUI SN CHARGE DE LA POLITIQUE DU COMMERCE
42. APPIA SOPHIE SN CHARGEE DE L’ADMINISTRATION PUBLIQUE ET DE LA BONNE GOUVERNANCE
43. KOKO KONAN ARMAND SN CHARGE DE L’INNOVATION TECHNOLOGIQUE, DE LA NORMALISATION ET DU MANAGEMENT DE LA QUALITE
44. TCHEIDE JEAN-GERVAIS S.N CHARGE DE LA MONNAIE ET DE LA POLITIQUE D’INTEGRATION ECONOMIQUE SOUS-REGIONALE (UEMOA-CEDEAO)
45. AGNERO PAUL WOOD S.N CHARGE DE LA POLITIQUE DES MINES ET DES HYDROCARBURES
46. GNAGNE YADOU SN CHARGE DE LA MONDIALISATION ET DES POLITIQUES D’INTEGRATION
47. KOFFI DADIER S.N CHARGE DU DIALOGUE POLITIQUE ET DE LA RECONCILIATION NATIONALE

48. ANIDIER OHOU LAURE YVETTE S.N CHARGEE DE LA PROTECTION SOCIALE, DE LA SOLIDARITE NATIONALE ET DE LA COHESION SOCIALE
49. KAPET ELISABETH SN CHARGEE DES VICTIMES DE GUERRE, DES EXILES ET DES REFUGIES
50. GBALE DAPLEU LAZARE
51. BLEHIDE PIERRETTE SN CHARGEE DE L’ANIMATION SOCIO-CULTURELLE ET DES ACTIVITES EXTRA-POLITIQUES
52. ZAGOL CLAUDE SN CHARGE DU SUIVI DE L’ACTION GOUVERNEMENTALE
53. KOUAKOU KRAH SN CHARGE DE LA SOLIDARITE ET DES AFFAIRES SOCIALES et ADMINISTRATIVES
54. KASSI DANHO JULIETTE SN CHARGEE DE LA SANTE PUBLIQUE ET DE LA LUTTE CONTRE LE SIDA
55. ASSOUMA JULIETTE
SN CHARGES DES ELECTIONS
56. TAPE KIPRE
57. KESSIE MATHIAS S.N CHARGE DE LA POLITIQUE DE FORMATION PROFESSIONNELLE ET D’INSERTION DES JEUNES
58. BIH EMILE SN CHARGE DE L’ENSEIGNEMENT TECHNIQUE
59. ESSIS-TOME HORTENSE S.N. CHARGEE DE L’EDUCATION NATIONALE
60. OURAGA EUGENIE SN CHAGEES DE L’ALPHABETISATION ET DE LA VIE SCOLAIRE ET UNIVERSITAIRE
61. KASSI LUCIE
62. DUA KOBENAN CAMILLE SN CHARGE DE LA REFORME FONCIERE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL
63. BAMBA FRANCK MAMADOU SN CHARGE DE LA PRODUCTION, DE L’EDITION ET DE LA DOCUMENTATION
64. AKOI INNOCENT S.N CHARGE DU TOURISME ET DE L’ARTISANAT
65. GUEHOUN AUGUSTIN SN CHARGE DE LA CULTURE ET DE LA FRANCOPHONIE
66. N’GUESSAN LAVRI NICOLAS SN CHARGE DES PME/PMI ET DE L’ENTREPRENARIAT
67. DIOMANDE MAMI S.N. CHARGE DE LA POLITIQUE DES TRANSPORTS
68. GUY BESSE S.N. CHARGE DES POPULATIONS VULNERABLES, DES HANDICAPES ET DU 3eme AGE
69. LIBI KOITA VINCENT S.N CHARGE DE LA POLITIQUE DU LOGEMENT ET DE LA MODERNISATION URBAINE
70. KOUA JUSTIN SN CHARGE DE LA POLITIQUE DE LA JEUNESSE
71. KOUADIO COMOE AUGUSTIN S.N CHARGE DU CLIMAT, DE L’ENVIRONNEMENT ET DES EAUX ET FORETS
72. DAKOURI DJALEGA SN CHARGE DE LA PROTECTION CIVILE
73. YAO YAO JULES S.N CHARGE DE LA POLITIQUE DES SPORTS ET LOISIRS
74. MIEZAN BROU S.N. CHARGE DE LA POLITIQUE DE LA MICRO-FINANCE ET DU SECTEUR INFORMEL
75. LIBI GUILLAUME S.N CHARGE DE LA POLITIQUE DES BANQUES ET ASSURANCES
76. KONE FOUSSENI S.N CHARGE DE LA DETTE, DU BUDGET ET DES MARCHES PUBLICS
77. GERALDINE ODEHOURI S.N CHARGEE DE LAJUSTICE, DES LIBERTES PUBLIQUES ET DES DROITS DE L’HOMME
78. YAO BI IRIDIE ALPHRED SN CHARGE DE LA POLITIQUE DE L’EMPLOI, DES REVENUS ET DU POUVOIR D’ACHAT
79. KAMAGATE SOULEY SN CHARGE DES TIC ET APPLICATIONS NUMERIQUES
80. DONGO ASSANVO S.N CHARGE DES GRANDS PROJETS URBAINS
81. DIABATE BEH S.N CHARGE DES RECHERCHES ET DE LA DOCUMENTATION POLITIQUE
82. ANNE GNAHORET S.N CHARGEE DE LA POLITIQUE D’IMMIGRATION ET L’ACTION HUMANITAIRE
83. FRANCK ANDERSON KOUASSI S.N CHARGE DE LA COMMUNICATION ET DU MARKETING POLITIQUE
84. GNATO ZIE S.N CHARGE DES EX-COMBATTANTS ET DE LA REFORME DU SECTEUR DE SECURITE
85. MICHEL GBAGBO S.N CHARGE DE LA POLITIQUE PENITENTIAIRE ET DES DETENUS POLITIQUES
86. ASSI BENIE JOSEPH S.N CHARGE DE L’ENERGIE
87. BLE KESSE ADOLPHE S.N CHARGE DES AFFAIRES INTERNATIONALES
88. SOLOU HENRIETTE S.N CHARGEE DE L’AGRICULTURE
89. ATSE PASCAL S.N. CHARGE DE LA PECHE ET DE L’ELEVAGE
90. GUI TIEHI JEAN-CLAUDE S.N CHARGES DES PROGRAMMES DE RECONSTRUCTION ET DU DEVELOPPEMENT SOLIDAIRE
91. OKOU ZAGO PAUL
92. HUE LOU SIMONE S.N. CHARGEE DES RESSOURCES HUMAINES AU SEIN DU PARTI
93. IPOU EIHOMMAN JOCELYNE

SECRETARIATS NATIONAUX CHARGES DES REGIONS
1- District autonome D’ABIDJAN
94. NIAMBA N’DRIN BENJAMIN S.N CHARGE DE LA FEDERATIONS D’ABIDJAN-LAGUNE
95. ELOH OUEGNIN S.N CHARGE DE LA FEDERATIONS D’ABIDJAN-SUD
96. ZABA ZADI LAZARE S.N CHARGE DE LA FEDERATIONS D’ABIDJAN-BANCO
97. MOBIO AKICHI JOSEPH S.N CHARGE DE LA FEDERATIONS DES 2 A
2- District autonome de YAMOUSSOUKRO
98. TIACOH THOMAS S.N CHARGE DES FEDERATIONS DU DISTRICT DE YAMOUSSOUKRO
3- District du BAS-SASSANDRA
99. WAYOU CLAUDE S.N CHARGES DES FEDERATIONS DE LA REGION DE SAN-PEDRO
100. BETTA GNEBA S.N. CHARGE DES FEDERATIONS DE LA REGION DU GBOKLE
101. GNANAGBE GOGOUA S.N CHARGE DES FEDERATIONS DE LA REGION DE LA NAWA
4- District de COMOE
102. KOUADIO KABLAN JEAN-BAPTISTE S.N CHARGE DES FEDERATIONS DE LA REGION DU N’DENIE-DJUABLIN
103. EKRA DIAPONON
104. N’GUETTA N’GUETTA SN CHARGE DES FEDERATIONS DE LA REGION DU SUD-COMOE
105. BOHI FAUSTIN
5- District de DENGUELE
106. DIARASSOUBA ADAMA SN CHARGE DES FEDERATIONS DE LA REGION DU FOLLON
107. KONE FATOU S.N CHARGE DES FEDERATIONS DE LA REGION DU KABADOUGOU

6- District de GOH-DJIBOUA
108. OREGA YOUKPO BARTHELEMY S.N CHARGES DES FEDERATIONS DE LA REGION DU GOH
109. BILI GBALLOU JOACHIM
110. ADJA JULES S.N CHARGES DES FEDERATIONS DE LA REGION DU LOH-DJIBOUA
111. DAGO KOUDOU GREGOIRE
7- District desLACS
112. KOUASSI KOUAME LOUIS-GLORIS S.N CHARGE DES FEDERATIONS DE LA REGION DU BELIER
113. N’GUESSAN KOUAME RAYMOND
114. ADER YA KOUADIO ETIENNE S.N CHARGES DES FEDERATIONS DE LA REGION DE L’IFFOU
115. ALLOU JEAN S.N CHARGES DES FEDERATIONS DE LA REGION DU MORONOU
116. KOUADIO JEAN BONIN S.N CHARGE DES FEDERATIONS DE LA REGION DU N’ZI
8- District desLAGUNES
117. GBEROUKOU N’CHO BENOIT S.N CHARGE DES FEDERATIONS DE LA REGION DE L’AGNEBY-TIASSA
118. YEDOH LATH HONORE S.N CHARGE DES FEDERATIONS DE LA REGION DES GRANDS PONTS
119. BONI BEDA S.N. CHARGE DES FEDERATIONS DE LA REGION DE LA ME
9- District des MONTAGNES
120. GNAHET JACQUES SN CHARGE DES FEDERATIONS DE LA REGION DU CAVALY
121. ZEREHOUE EDOUARD SN CHARGES DES FEDERATIONS DE LA REGION DU GUEMON
122. DJEHOUE VICTOR
123. BOUIN ZOUEU JACQUES SN CHARGES DES FEDERATIONS DE LA REGION DU TONKPI
124. DIGBEHI BRUNO

10- District de SASSANDRA-MARAHOUE
125. DALEBA ZOZORO JULES S.N CHARGES DES FEDERATIONS DE LA REGION DU HAUT-SASSANDRA
126. YUE BI SEHI
127. KOLOU BI YOUAN DAVID SN CHARGE DES FEDERATIONS DE LA REGION DE LA MARAHOUE

11- District des SAVANES
128. COULIBALY YACOUBA S.N CHARGE DES FEDERATIONS DE LA REGION DU PORO
129. KOULIBALY YIRIBA S.N CHARGE DES FEDERATIONS DE LA REGION DU TCHOLOGO
130. KONATE NAVIGUE S.N CHARGE DES FEDERATIONS DE LA REGION DE LA BAGOUE
12- District de la VALLEE DU BANDAMA
131. TRAORE OKALI S.N CHARGE DES FEDERATIONS DE LA REGION DU HAMBOL
132. KOUASSI N’DRI PIERRE SN CHARGES DES FEDERATIONS DE LA REGION DU GBEKE
133. KONAN KOUAKOU AUGUSTIN
13- District du WOROBA
134. SORY KOUYATE S.N CHARGE DES FEDERATIONS DES REGIONS DU BERE
135. KANE LADJI S.N CHARGE DES FEDERATIONS DU WORODOUGOU
14- District du ZANZAN
136. N’GUETTIA YAO KOUMAN S.N CHARGE DES FEDERATIONS DE LA REGION DU GONTOUGO
137. KAMBOU DIFILE SN CHARGE DES FEDERATIONS DE LA REGION DU BOUKANI

Article 2 : Le Secrétaire Général du Parti est chargé de l’exécution de la présente décision qui prend effet à compter de la date de signature et qui sera publiée partout où besoin sera.
Article 3: Toute disposition antérieure contraire est nulle et de nul effet.

Fait à Abidjan, le 14 AOUT 2014
Pascal AFFI NGUESSAN

Les douze règles du journalisme « indépendant » qui couvre le conflit israelo-arabe

5

Règle n° 1 : Au Proche-Orient, ce sont toujours les Arabes qui attaquent les premiers, et c’est toujours Israël qui se défend. Cela s’appelle des représailles.

Règle n° 2 : Les Arabes, Palestiniens ou Libanais n’ont pas le droit de tuer des civils de l’autre camp. Cela s’appelle du terrorisme.

Règle n° 3 : Israël a le droit de tuer les civils arabes. Cela s’appelle de la légitime défense.

Règle n° 4 : Quand Israël tue trop de civils, les puissances occidentales l’appellent à la retenue. Cela s’appelle la réaction de la communauté internationale.

Règle n° 5 : Les Palestiniens et les Libanais n’ont pas le droit de capturer des militaires israéliens ; c’est un enlèvement, même si leur nombre est très limité et ne dépasse pas trois soldats.

Règle n° 6 : Les Israéliens ont le droit d’enlever autant de Palestiniens qu’ils le souhaitent (environ 10 000 prisonniers à ce jour, dont près de 300 enfants). Il n’y a aucune limite et ils n’ont besoin d’apporter aucune preuve de la culpabilité des personnes enlevées. Il suffit juste de dire le mot magique « terroriste».

Règle n° 7 : Quand vous dites « Hezbollah », il faut toujours ajouter l’expression « soutenu par la Syrie et l’Iran ».

Règle n° 8 : Quand vous dites « Israël », il ne faut surtout pas ajouter : « soutenu par les États-Unis, la France et l’Europe », car on pourrait croire qu’il s’agit d’un conflit déséquilibré.

Règle n° 9 : Ne jamais parler de « territoires occupés », dites seulement « territoires», ni de résolutions de l’ONU, ni de violations du droit international, ni des conventions de Genève. Cela risque de perturber le téléspectateur et l’auditeur.

Règle n° 10 : Ne pas dire « armée israélienne », appelez-la affectueusement par son petit nom, Tsahal.

Règle n° 11 : Les Israéliens parlent mieux le français et l’anglais que les Arabes. Ce qui explique qu’on leur donne, ainsi qu’à leurs partisans, aussi souvent que possible la parole. Ainsi, ils peuvent mieux nous expliquer les règles précédentes (de 1 à 10). Cela s’appelle de la neutralité journalistique.

Règle n° 12 : Si vous n’êtes pas d’accord avec ces règles, ou si vous trouvez qu’elles favorisent une partie dans le conflit contre une autre, c’est que vous êtes un « dangereux antisémite

Grossesses en milieu scolaire et fistules uro-génitales au menu du 26è séminaire de l’AEEMCI

2

Des sensibilisations sur les grossesses en milieu scolaire et les fistules uro-génitales seront au menu de la 26è édition du Séminaire national de formation islamique (SENAFOI) qu’organise le Comité exécutif de l’Association des élèves et étudiants musulmans de Côte d’Ivoire (AEEMCI) du 09 au 17 août prochain à Man, ville située à 600 Km à l’Ouest d’Abidjan.

Dans un entretien à APA, l’Amir (Président national) de l’AEEMCI, El Hadj Mamadou Gnénéfoli Ouattara a indiqué que cette édition 2004 permettra à la structure qu’il dirige de revisiter son histoire à travers le thème central, « AEEMCI, 40 ans d’activités socio-éducatives : bilans et perspectives », qui fera l’objet d’une conférence publique.

Des sensibilisations autour des thèmes de santé publique, constitueront l’un des temps forts de ces assises de l’AEEMCI. « Des spécialistes s’adresseront à la population sur la fistule urogénitale et les grossesses en milieu scolaire », a poursuivi El Hadj Mamadou Gnénéfoli Ouattara.

Quelque 5076 cas de grossesses ont été dénombrés au cours de l’année scolaire 2012-2013 dont environ un millier dans l’enseignement primaire, selon le porte-parole du gouvernement et ministre de la Poste, des technologies de l’information et de la communication, Bruno Nabagné Koné au terme du conseil des ministres du 2 avril dernier.

Selon M. Ouattara ce séminaire prévu dans les locaux du lycée professionnel de Man, sera en outre meublé par des thématiques liées « au management, au civisme, à la morale, à la religion, au sport ». Des activités ludiques ainsi que des débats autour des sujets d’actualité sont également inscrit sur l’agenda de cette session de formation.

L’AEEMCI a été officiellement créée depuis le 16 janvier 1975 avec pour but entre autres de créer des relations de solidarité et de fraternité entre les élèves et étudiants musulmans de Côte d’Ivoire.

Former et sensibiliser sur les fléaux qui minent la jeunesse ainsi que la constitution d’un pôle d’excellence dans les études scolaires et universitaires et la promotion des droits de l’homme figurent également sur la liste des buts poursuivis par cette association.

LS/APA