QUI EST DIOULA?


A la question de quelqu’un qui me demandait s’il y a une ethnie dioula en Côte d’Ivoire, je tente de répondre et partage avec vous cette tentative.
Je suis plusieurs fois intervenu ici pour tenter une définition du dioula. Je vais encore m’y essayer si ça peut servir. L’ethnie dioula existe en côte d’ivoire. Elle fait partie du grand groupe malinké. C’est une société de classes et de castes. Ses membres sont à l’origine des cultivateurs. Ils sont situés dans les régions de boundiali et de kong et korhogo. On les appelle dioula ba. Ce qui est confirmé par les ethnologues. Selon ces derniers, dioula signifie « de la racine » diou : racine, la : « de la » ou « à la ». Cette assertion s’oppose à la thèse selon laquelle dioula serait une déformation de daoula (colporteur), nom attribué selon les historiens par les arabes aux commerçants maraka ou wangara installés dans la région actuelle de boundoukou (malagasso). De part de cette définition, ceux qui font le commerce sont appelés dioula. On dit alors dioulaya. Peu importe alors l’origine ethnique de la personne (malinké, gouro, senoufo, baoulé ou bété). Cependant pour les personnes qui ne sont du groupe malinké, le dioula ce sont tous ceux qui sont musulmans. Même un akan, ou krou qui devient musulman est appelé dioula aussi.

Dans les villes du sud où sont nés les dioulabougou, ceux qui résidaient (senoufo, malinké, autres étrangers) étaient considérés par leurs hôtes comme des dioula, le point commun étant le lieu de résidence et le partage de la langue et parfois de la même religion. Lorsque la carte de séjour est instituée, la chasse se fera dans les dioulabougou et dans tous les environs qui pouvait respirer du musulman. La logique alors était, étranger = musulman= dioula. Cette situation crée de fait une solidarité entre tous les malinkés d’abord ensuite tous les musulmans peu importe qu’ils soient ivoiriens ou non. L’idée alors est que puisque vous nous frappez du même bâton alors nous nous mettons ensemble pour mieux supporter les coups. L’amalgame que les autres ont fait et l’oppression du groupe sans distinction d’origine a fait que tous ceux qui sont du nord ivoirien et du grand nord en général sont considérés comme dioula. Voilà comment selon mon humble la notion a évolué pour s’appliquer à un groupe hétéroclite.quel est votre avis et votre expérience?

Moussa SANGARE

-Consultant en gestion des entreprises scolaires et universitaires ;

-Chef d’établissement scolaire privé ;

-Secrétaire chargé de l’éducation du comité de pilotage des projets du conseil supérieur des Imams de Côte d’Ivoire ;

 

The following two tabs change content below.
magnaled
Blogueur, rédacteur web et Observateur France 24 depuis 2008. Cyber-militant et acteur engagé de la société civile ivoirienne. Diplômé en Lettres Modernes et Marketing Communication. Leader d'une des plus importantes organisations de jeunesse de la Côte d'Ivoire et d'Afrique de l'Ouest.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *