Affaire Lida Kouassi accusé de vendre un terrain à plusieurs personnes: différentes versions circulent

1

Le Mandat, proche du PDCI: Lida Kouassi cité dans une affaire de vente de terrain à 100 millions FCFA 

Mme N’Zi N’Da Affoué Eliane est très remontée actuellement contre le ministre Lida Kouassi Moïse qu’elle accuse d’abus de confiance, dans la vente d’un terrain situé aux II Plateaux. Au cours d’une conférence de presse qu’elle a animée récemment à son domicile, elle a donné les détails de cette affaire. En effet, selon la conférencière, en avril 2014, elle a conclu une affaire d’achat de terrains avec le ministre Lida Kouassi et son frère Téko Abraham. Au cours de cette transaction, elle a acheté un terrain d’une superficie de 300 mètres carrés à 17 millions FCFA à la Riviera appartenant à M. Téko Abraham. Un autre terrain d’une superficie de 1915 mètres carrés, cette fois-ci, aux II Plateaux 8è Tranche appartenant au ministre Lida Kouassi à 100 millions FCFA. Le jour de la transaction, a-t-elle révélé, le ministre Lida a décidé de prendre sa Mercedes à 15 millions FCFA, quand son grand frère Teko a pris, lui, une autre voiture de marque Scenic à 4 millions FCFA. Le ministre Lida a reçu les 100 millions FCFA en deux tranches. « Il m’a dit qu’il ne souhaitait pas avoir de chèque parce que ses comptes sont gelés. C’est donc en espèces qu’il a été réglé », a-t-elle révélé. Quant à son grand frère, il a reçu 15 millions FCFA au premier versement. Pendant la transaction, a-t-elle souligné, le ministre Lida Kouassi a affirmé ne pas être en possession du titre foncier du terrain à vendre. Il l’a donc ramené à la Satci pour l’établissement des documents de cession. C’est ainsi que le 16 avril dernier dans un courrier (dont nous avons reçu copie) adressé à la Direction générale de la Satci, le ministre Lida Kouassi et son épouse ont informé cette société de leur décision de céder leur lot 365 îlot 25 Cocody les II Plateaux 8è Tranche à Mme N’Zi N’Da Affoué Eliane.

Le couple a donc demandé à la Satci de fournir au notaire, Maître N’Guessan Aya Odile, chargée de ladite transaction tous les renseignements nécessaires lui permettant de remplir sa mission. Ce qui a été fait. Mais, première découverte troublante, souligne Mme N’Zi N’Da Affoué Eliane, le terrain du grand frère est un terrain litigieux. Elle a alors demandé au ministre Lida de l’aider à récupérer l’avance qu’elle lui avait déjà versée. Ce que le ministre n’a pu faire. Pis, dénonce-t-elle, le ministre Lida a lui-même entrepris de revendre son terrain de 1915 mètres carrés aux II Plateaux 8è Tranche qu’il avait vendu à un autre acquéreur. Et c’est le lundi 18 août dernier, qu’elle a été informée de cette démarche du ministre Lida Kouassi qui avait eu recours au service d’un autre notaire pour établir un autre contrat de cession du terrain déjà vendu. Cette fois-ci, le ministre Lida Kouassi était muni du titre foncier qui date de 2002. Or, s’explique mal la conférencière, Lida Kouassi avait indiqué au départ ne pas avoir ledit document. Voyant venir le danger, elle a donc saisi son avocat. « Il est venu dans la peau d’un mouton, alors que c’est un loup. Il vient d’être dévoilé par Dieu », a-t-elle affirmé avant d’annoncer qu’elle entreprendra une série d’actions dans les jours à venir, en vue de tirer cette affaire au clair.

Notre Voie, journal officiel du FPI: Accusé de vendre deux fois un terrain : Lida Kouassi en colère
Même si, assis derrière son ordinaire portable dans son salon, Moïse Lida Kouassi présente un visage des plus sereins, l’homme est remonté contre dame N’Zi N’da Affoué Eliane. Celle-ci s’est répandue hier, dans la presse proche du pouvoir, pour accuser l’ancien ministre de la Défense de Laurent Gbagbo d’avoir revendu à un autre acquéreur un terrain de 1915m² qu’il lui aurait auparavant cédé.
« Faux », répond M. Lida qui brandit des documents qui attestent tous qu’il y a eu effectivement une transaction entre les deux parties sur un terrain situé aux II Plateaux. Et que dans l’engagement que dame N’Zi a pris devant témoins dont son notaire, elle devrait payer le prix de la cession en une seule fois, c’est-à-dire cash.
Or, depuis le 20 mai 2014, date de la signature du contrat où elle a avancé une partie de la somme en question, elle se refuse à verser le reliquat. Tantôt elle dit que ses comptes sont en France, tantôt elle se cache de son créancier. Jusqu’à, hier jeudi, date de la parution des articles de presse qui relatent sa conférence de presse tenue à Abidjan-Riviéra, elle n’avait pas encore tenu parole.

D’ailleurs, selon les sources consultées, au cours des échanges qu’elle a eus avec Moïse Lida Kouassi et ses conseils, elle a signé aussi devant témoin, un acte de reconnaissance de la dette qu’elle s’engageait pourtant à rembourser dans les plus brefs délais. Ne se sentant pas en mesure de rembourser cette dette, elle a fait appel à une de ses amies qui connait bien l’ex-ministre Lida pour que cette dernière fasse la médiation.
Seulement, il se trouve que le compte rendu qu’elle a fait à son amie était totalement faux et ne correspondait aucunement à la réalité des faits. La dame en question, après avoir entendu Lida, n’a pas eu la force nécessaire de continuer sa médiation, se sentant sans doute flouée par son amie. Dame N’Zi qui subissait la pression que lui mettait Lida, va lui proposer une somme dérisoire. Lida lui répond que, sorti de prison et n’ayant pas de salaire ni de compte bancaire parce que gelé, il a besoin de la totalité de son argent pour s’occuper de la scolarité de ses enfants et de son habitation.
Ayant constaté que dame N’Zi ne peut pas faire face à ses obligations contenues dans le contrat du 20 mai 2014, il saisit son conseil qui rédige un courrier de résolution du contrat de vente. Dans ce courrier, il s’appuie sur le paragraphe 2 de la page 6 du contrat qui lui donne l’autorisation de revendre le terrain à quelqu’un d’autre afin de rentrer dans ses fonds et rétrocéder à dame N’Zi ce qu’elle a avancé. Lisons le paragraphe 2 : «dans le cas où pour une raison quelconque, le transfert n’était pas obtenu, la présente cession serait considérée comme n’ayant jamais existé et la somme payée serait restituée purement et simplement au cessionnaire sans intérêts, ni indemnités dans un délai de trois mois à compter de la notification du refus qui lui en sera faite». C’est la lecture de ce courrier qui a fait perdre à dame N’Zi toute sa sérénité au point de raconter aux journalistes des choses qui n’ont jamais existé.
Selon le ministre Lida, en faisant écrire aux journalistes qu’il a déjà revendu le terrain, dame N’Zi montre qu’elle n’est pas sérieuse puisque le terrain n’a pas encore été revendu. Mais, a-t-il assuré, il a le droit avec lui et il ne compte plus céder son terrain à cette dame. Par ailleurs, il a indiqué que la somme payée déjà par dame N’Zi lui sera reversée quand il aura engagé et achevé la nouvelle transaction. La somme avancée sera déposée au cabinet de son notaire devant qui l’opération de cession a eu lieu.

The following two tabs change content below.
magnaled
Blogueur, rédacteur web et Observateur France 24 depuis 2008. Cyber-militant et acteur engagé de la société civile ivoirienne. Diplômé en Lettres Modernes et Marketing Communication. Leader d'une des plus importantes organisations de jeunesse de la Côte d'Ivoire et d'Afrique de l'Ouest.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *